Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FAQ - Page 2

  • Dosnon, une école hôtelière comme les autres

    Avis aux futures candidates en école hôtelière : vous trouverez à Dosnon, comme dans toutes les écoles hôtelières, des cours théoriques, des cours de technologies appliquées, et des cours pratiques. Ces derniers ont souvent la préférence des élèves car ils ont l’avantage d’être très concrets, et de leur faire découvrir la réalité de leur futur métier. (Cela va sans dire -mais cela vaut tout de même mieux en le disant- : les élèves n’effectuent aucun travail dans le sens « salarié » du terme). Il s’agit de travaux pratiques au cours desquels les élèves acquièrent les techniques et les savoir-faire qui feront l’objet de leurs examens pratiques.

    Ces examens sont un CAP Services Hôteliers et un BEP des Métiers de la Restauration et de l’Hôtellerie - dominante Production de Services (Restaurant). Les élèves préparent le BEP en deux ans, et passent le CAP à la fin de leur première année de BEP.

    A titre d’information, pour celles qui sont intéressées ou leurs parents, voici les matières enseignées et la durée des cours :

    - 9 heures par semaine d’enseignement professionnel la 1ère année, et 7h30 la deuxième année. L’enseignement professionnel recouvre des matières variées mais complémentaires, à savoir : le droit, l’instruction civique, l’économie, la comptabilité, les sciences appliquées à l’hygiène alimentaire et aux équipements, l’économie sociale et familiale (ou E.S.F.) ;

    - 10 heures par semaine de matières dites générales la 1ère année, et 9h30 la seconde. Parmi ces matières figurent celles enseignées en collège et lycée : le français, les mathématiques, l’anglais, l’espagnol ou l’allemand (option), l’histoire-géographie, l’E.P.S., l’instruction religieuse (option). De quoi acquérir pour le moins, une bonne culture générale ;

    - 16 heures par semaine de cours de technologie appliquée et de travaux pratiques en 1ère année, et 18 heures la seconde année d’études. Ces cours concernent le restaurant (c’est-à-dire tout ce qui touche le service des clients dans un restaurant), la cuisine, la tenue et le fonctionnement d’un hôtel, les techniques et savoir-faire en lingerie.

    Et pour être tout à fait complet, n’oublions pas les vacances. Les élèves bénéficient des vacances scolaires de la zone B dont dépend notre Académie.

  • L'école dosnon : succès aux examens pour plus de neuf élèves sur dix

    A l’école Dosnon, l’équipe de professeurs, les monitrices techniques et moi-même, nous mettons l’accent sur l’accompagnement pédagogique des élèves. Les résultats aux examens prouvent que cette méthode porte ses fruits, puisque le taux de réussite est de 98,4 % sur les dix dernières années. Le passage par Dosnon a permis à plus de la moitié des élèves de continuer leurs études dans des filières techniques ou professionnelles.

    Chaque élève est différente. Leurs qualités, leurs façons d’appendre, leurs moindre facilités dans telle ou telle matière varient de l’une à l’autre. La capacité de l’école est réduite (une quinzaine d‚élèves), ce qui permet un meilleur accompagnement pédagogique de chacune. Actuellement, les autorités académiques encouragent les établissements scolaires à faire bénéficier les élèves d’un suivi personnalisé par un professeur référent. Ce souhait du Ministère de l’Education est une réalité à l’école Dosnon.

  • Que pensent les élèves de l’école dosnon et leurs parents

    L’école Dosnon reçoit des encouragements et des témoignages de reconnaissance des familles, des élèves, des professeurs et du personnel. Vous pouvez en trouver certains sur le site de l’école dosnon www.ecole-dosnon.com, à la page « anciennes ». Il y a bien évidemment, comme dans tout établissement scolaire, quelques élèves qui ont eu plus de difficultés à s’adapter, pour des raisons personnelles ou parce que les métiers de l’hôtellerie et de la restauration ne leur plaisaient finalement pas. Le pourcentage reste très faible et cela est un fait courant dans toutes les écoles, et qui plus est, avec internat.

    Que penser de Charlotte qui écrit : « C’est la première école qui m’a donné l’envie d’étudier et de réussir. C’est la meilleure école ! » et qui travaille aujourd’hui comme serveuse dans un restaurant à Boulogne ? Elle disait encore récemment « il n’y a pas un jour où je me lève sans être contente d’aller travailler ». Je pense que beaucoup d’employeurs seraient heureux d’entendre cela…

    Et voici ce que nous ont écrit les parents de Mélody : « Ces quelques mots sont chargés de notre infinie reconnaissance pour tout ce que vous êtes et faites pour Mélody. (…) Merci de ce « prolongement familial » que vous assurez. »