Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Angélique et Elise (promo 2002)

    DSCF5785.jpgAngélique, animatrice en maison de retraite à Montpellier, et Elise, qui travaille maintenant dans la boulangerie de son Papa à Crépy-en-Valois après avoir été chef de rang au Dolce Chantilly, nous ont fait la grande joie de revenir à Dosnon le lundi 5 janvier. Nous avons passé un bon moment ensemble et revisité les lieux, qu’Angélique n’avait pas revu depuis 2002, afin de se remémorer les bons vieux souvenirs de l’école mais surtout de l’internat !

    Un grand grand merci à elles d’avoir bravé la neige et fait le déplacement de Crépy-en-Valois jusqu’à Dosnon ! Ce fut un immense plaisir de les revoir.

    DSCF5788.jpg

  • Rentrée enneigée !

    DSCF5791.jpg


    Ca y est, tout le monde est rentré et les cours ont repris lundi 5 janvier pour 4 semaines. Hier, nous nous sommes réveillées avec la neige et en milieu de journée, elle a recommencé à tomber… à la plus grande joie des élèves !

    DSCF5792.jpg

  • Là, il y a du travail...

    « 60 000 salariés toujours introuvables pour les employeurs de la restauration et de l’hôtellerie ». C’est le titre d’un article paru dans Le Magazine de janvier 2009 que je recopie tant je le trouve intéressant et révélateur d’un fait dont nos jeunes et leurs parents doivent tenir compte aujourd’hui où le marché de l’emploi est en crise.


    Nous le répétons depuis plusieurs mois, malgré la crise, malgré les problèmes que rencontre la restauration, les énormes besoins de salariés ne sont toujours pas satisfaits. Ce sont plus de 60 000 salariés qui sont aujourd’hui introuvables sur l’ensemble de l’Hexagone. Les métiers les plus recherchés sont ceux de la cuisine et de la salle, mais les hôteliers ont également des besoins de réceptionnistes. Ces besoins sont d’autant plus urgents à combler qu’ils sont dans la plupart des cas nécessaires pour pallier des remplacements. Le maintien de leur absence pénalise ainsi d’autant plus chaque établissement concerné.

    Régulièrement, les représentants de la profession, tant les employeurs que les organisations syndicales, mettent en avant cette contradiction majeure qu’ils vivent au quotidien : on se lamente sur le chômage, mais la profession n’arrive pas à pourvoir les emplois qu’elle offre. Les causes sont plus culturelles qu’objectives : en effet, les salaires offerts par la profession sont parfaitement honorables par rapport à ce qui est offert dans d’autres activités de services à compétences égales. Un cuisinier ou un serveur peuvent gagner jusqu’à 2 000 € par mois. Les freins à l’embauche sont malheureusement culturels : crise ou pas crise, nous vivons sur le rythme des 35 heures et de la recherche maximale du temps disponible. La restauration et l’hôtellerie sont là justement pour recevoir dans ces plages de temps disponibles. La restauration ne pourra pas régler son problème en alignant ses horaires sur ceux des autres secteurs… Il lui faut donc réussir la valorisation des métiers qu’elle offre.


    En effet… et c’est la raison pour laquelle, afin de promouvoir les métiers des CHR, les organisations professionnelles du secteur de l’hôtellerie-restauration, sous l’égide du Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, ont créé le site www.metiers-hotel-resto.fr

    Vous pouvez y découvrir une grande diversité de métiers, notamment grâce à des fiches métiers et des témoignages vidéo. A revoir absolument (j’ai déjà fait une note sur le sujet le 28 octobre dernier. On ne se lasse pas de parler de ce que l’on aime !).

    DSCF5533.jpg