Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Chauds les marrons !

    Tiré d’un article écrit par Matthieu Noli du magazine « Rungis Actualités » d’octobre 2008 :

    Aliments de base autrefois, ils sont devenus synonymes de fête et de gourmandise…

    Fruits du même arbre, le châtaignier (castanea sativa, famille des fagacées), les marrons et châtaignes se différencient par leur enveloppe. Si le fruit est cloisonné, c’est une châtaigne ; dans le cas contraire, un marron.


    Fiche d’identité

    Comme le gland et l’artichaut, le marron et la châtaigne sont des akènes, c’est-à-dire des fruits à péricarpe sec qui ne s’ouvrent pas à maturité. Le châtaignier est un arbre imposant de 30 mètres de hauteur et donnant jusqu’à 50 kilos de fruits par récolte, de mi-septembre à fin janvier. Le fruit est contenu dans une capsule épineuse dont la couleur verte vire au brun à maturité. Appelée bogue, celle-ci contient entre deux et cinq akènes de couleur marron rougeâtre et de forme allongée, légèrement aplatie. C’est la chair du fruit couleur ivoire qui se consomme, de consistance légèrement farineuse et d’un goût légèrement sucré et fin à la fois. Riche en fibres et en glucides lents, c’est un aliment très énergétique (180 kcal pour 100 g). Pour cette raison, le châtaignier était appelé autrefois « arbre à pain ».

    Il existe environ 700 variétés de châtaigniers dont les trois plus cultivées sont la Bouche Rouge, la Comballe, la Marigoule, suivies de la Merle, la Bourrue de Juillac, la Sardonne. La châtaigner d’Ardèche bénéficie d’une AOC depuis mai 2005. Le marron d’Inde, fruit du marronnier, n’est pas comestible…


    Production et consommation

    La récolte mondiale de châtaigne avoisine le million de tonnes et la Chine en produit 70 %. La production française (11 000 tonnes) se situe au 4ème rang européen (après l’Italie, le Portugal et la Grèce). L’Ardèche est la première région avec 5 500 tonnes en moyenne. Les volumes varient selon la météo avec 3 700 tonnes en 2007 contre 4 450 en 2006 (à Rungis, dans la même période, les ventes sont passées de 691 tonnes à 544 tonnes). La châtaigne se consomme grillée sous la cendre ou dans des poêles percées (après incision profonde), bouillie ou confite au sucre (cristallisation) pour en faire des marrons glacés, ou encore en pâtisserie (mousse, confiture, crème, purée). Elle accompagne parfaitement le gibier.

  • Rungis

    Nous recevons le magazine « Rungis Actualités », un mensuel qui nous tient au courant de tout ce qui se passe à Rungis www.rungisinternational.com

    Créé à la fin des années 60, le marché de Rungis a succédé au marché des Halles de Paris devenu au bout de huit siècles impropre à la circulation des marchandises.

    Rungis est aujourd’hui le premier marché mondial pour les produits frais, favorisé par sa localisation, à proximité de plusieurs axes de communication routiers, ferroviaires et aériens.

    On y trouve, venus de tous les coins de France et du monde, des fruits et légumes, des produits carnés, des produits de l’horticulture, des produits laitiers et avicoles, des produits traiteurs et d’alimentation générale et des produits de la mer et d’eau douce.

    Il est possible de visiter le site entre 5 h et 8 h du matin. J’ai toujours dit aux élèves qu’un jour nous les y accompagnerons mais il faut dire que la perspective d’un départ à 3 h du matin, nous a jusqu’à présent arrêtées …

    Je vous conseille un très beau livre « Rungis, le plus grand marché du monde » de Patricia Kapferer et Tristan Gaston-Breton aux éditions Le Cherche-midi www.cherche-midi.com