Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Mardi 11 novembre 2008…

    chemin 1 DSCF5228.jpg… nous avons commémoré les 90 ans de l’Armistice, en nous rendant au Monument aux Morts de Couvrelles où nous avons rejoint les habitants de notre commune pour rendre hommage à ceux qui sont morts pour la France. Certaines élèves restées à l’internat, nous ont accompagnées et nous sommes allées ensuite prendre le verre de l’amitié à la Mairie.

    En début d’après-midi, nous avons organisé une visite de la Caverne du Dragon www.caverne-du-dragon.com, le musée du Chemin des Dames.

    Je recopie le petit fascicule que j’ai pris sur le comptoir de la billetterie :

    Même si le Chemin des Dames semble indissociable des combats de la Première Guerre Mondiale, ses paysages aujourd’hui paisibles ont été aussi le théâtre d’autres batailles en 1814 et en 1940. Le 7 mars 1814, les « Marie-Louise », jeunes soldats de Napoléon Ier ont affronté les troupes russes de Blücher sur le plateau, lors de la bataille de Craonne.

    Les dames du Chemin

    Entre Laffaux et Craonne, sur une trentaine de kilomètres, un étroit plateau aux terres fertiles s’élève entre les vallées de l’Aisne et de l’Ailette. Dominant d’une centaine de mètres la plaine entre Laon et Reims, il constitue un formidable observatoire naturel. Parcouru par les guetteurs depuis longtemps, le vieux chemin fait déjà parler de lui à la fin du XVIIIème siècle lorsque la comtesse de Narbonne, dame d’honneur d’Adélaïde, l’une des filles de Louis XV surnommées « Dames de France », se met en tête d’en faire une route carrossable pour améliorer l’accès jusqu’à son château de la Bove, au-dessus du village de Bouconville.

    chem damesDSCF5233.jpg
    Le 16 avril 1917

    A 6 h du matin, commence la grande offensive commandée par le général Nivelle pour en finir avec l’interminable guerre de tranchées. Plus d’un million d’hommes ont été rassemblés entre Soissons et Reims. Au nord de Berry-au-Bac, pour la première fois du côté français, des chars d’assaut appuient l’infanterie. Malgré une intense préparation d’artillerie, les positions allemandes n’ont pas été détruites.

    D’autres combats

    Tout au long de l’année 1917, attaques et contre-attaques se succèdent au Chemin des Dames. Fin octobre, la prise du fort de la Malmaison par les troupes françaises amène les allemands à abandonner le plateau et à se retirer au nord de l’Ailette. Le 27 mai 1918, l’une des dernières offensives allemandes est lancée par le général Ludendorff au Chemin des Dames. Les allemands reprennent le plateau et arrivent sur la Marne, en 3 jours seulement. Ce n’est qu’en octobre 1918 que les français et italiens reviennent sur le Chemin des Dames.

    Après 1918

    L’ancien champ de bataille prend peu à peu son visage actuel. Tranchées et trous d’obus sont comblés, fermes et villages sont reconstruits… Les tombes sont regroupées dans de grands cimetières et des monuments sont érigés en souvenir de disparus. Après 1920, les anciens combattants et les familles viennent en pèlerinage sur les champs de bataille.

    chemin 3DSCF5235.jpg

  • Le salon des Vins des Vignerons Indépendants

    Comme l’année dernière, nous avons proposé aux élèves restées à l’internat le week-end dernier d’aller faire un tour au 16ème salon des Vins des Vignerons Indépendants www.vigneron-independant.com qui se tient du 7 au 10 novembre 2008 au Parc des Expositions à Reims.

    DSCF5186.jpg


    Marie Dorffer, professeur de Service, écrit :

    Quand les professionnels se transforment en pédagogues…

    Impossible de rêver mieux qu’un Salon du Vin pour faire découvrir les vins et les fromages à des élèves. Les stands des produits régionaux, de Savoie, d’Auvergne et des Pyrénées notamment, nous ont donné l’occasion de goûter à des fromages délicieux : Abondance, Beaufort, Bleu de Gex, mais aussi Cantal et Salers. Ces dégustations doublées de quelques explications sur les modes de fabrication nous ont permis de mieux comprendre ce que nous ressentions en goûtant.

    DSCF5199.jpg
    Sur les stands des producteurs de vins, nous avons eu la grande chance de dialoguer avec des professionnels passionnés. D’où des explications à la fois simples et précises. Véritables pédagogues, ils nous ont guidées petit à petit pour nous faire découvrir et décrire leurs vins. Un producteur de vins du Jura nous a fait déguster tout d’abord un Côtes du Jura (100% Chardonnay) jeune, un Côtes du Jura (100 % Chardonnay) vieux de quelques années, un Côtes du Jura (50% Chardonnay-50% Savagnin), un Côtes-du-Jura (100 % Savagnin), puis un formidable vin jaune (le savagnin étant le seul cépage utilisé pour cette appellation). Enfin, après des explications sur le mode de vinification, nous avons terminé avec un vin de paille. Ce fut un privilège de pouvoir savourer ces vins exceptionnels.

    D’autres stands nous ont fait bon accueil, avec à la clé, de nouveaux bouquets et saveurs à chaque fois très particuliers : Pernand-Vergelesses, Saint Joseph, Côte-Rôtie, Partimonio, Pacherenc-du-Vic-Bilh.

    Ce ne sont là que quelques unes de nos découvertes, car nous nous sommes également arrêtées sur le stand de chocolatiers, de producteurs des spécialités des Landes, d’Auvergne, de Champagne…

    Vous l’aurez compris, elles étaient ravies de cette visite à la fois gastronomique, professionnelle et détendue. Cette sortie en groupe leur a également valu d’être remarquées d’un journaliste – ou plutôt photographe - du journal l’Union et de passer… dans l’édition du dimanche 9 novembre 2008 ! http://www.lunion.presse.fr/index.php/cms/13/article/205044/Salon_des_vins___les_vignerons_ont_peur_de_deguster

    DSCF5192.jpg

  • Rentrée à l’école Dosnon

    Les cours ont repris jeudi 6 novembre à 8 h 30. C’est reparti pour 6 semaines et demi de cours qui seront ponctués de la visite du Salon Equip’hôtel à Paris mercredi 19 novembre, d’une semaine d’examen blanc du 1er au 5 décembre, et du 21ème Village Gourmand, les 12, 13 et 14 décembre. Sans oublier les anniversaires des unes et des autres, les déjeuners pédagogiques et, pour couronner la fin, la traditionnelle fête de Noël !