Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Le patinage artistique : outil pédagogique de restaurant à l’école Dosnon

    Comme exemple d’un bon service, la prestation de Stéphane Lambiel au dernier championnat du monde de patinage artistique au Japon. Le rapport ? Nos élèves de BEP en ont trouvé trois à la grande joie de leur professeur de restaurant qui pensait avoir poussé ainsi l’originalité un peu loin :
    1- il sourit tout le temps
    2- il continue jusqu’au bout
    3- il se fait plaisir (NDLR : c’est bien les filles de leur époque. Ceci dit, c’est bien qu’elles voient qu’en restaurant, la satisfaction du métier est présente)

    Les deux premiers points étaient ceux vers lesquels je voulais arriver. Sourire et continuer jusqu’au bout quoi qu’il arrive : chute (il est tombé), petites fautes, fatigue, mal aux pieds ou mal à l’aise dans son costume… La concentration et la précision du sportif jusqu’à la fin furent impressionnantes. Il s’est montré à bout de souffle au final, mais le contraire aurait été étonnant. C’est normal pour elles aussi s’être fatiguées pendant et à la fin du service. Il ne s’est pas laissé déconcentrer, ni par les applaudissements du public ni pas les « mines » du jury qu’il n’avait d’ailleurs pas le temps de voir. Qu’elles prennent exemple.

    Il respecte les règles de la compétition (salutation, figures imposées) comme elles ont à respecter les annonces des plats, les règles de service, et d’autres aspects (main dans le dos, préséance qu’elles remettent en cause parfois). Il changeait de rythme en cours de son programme, accélérant ou ralentissant selon les moments. A elles aussi, de savoir quand il convient d’aller plus vite et de faire plus attention (à certains moments d’une découpe ou pour bien écouter le client). Donc, de nombreux points communs, qui vus sur un exemple « extérieur » leur font comprendre le bien-fondé de ce qui leur est demandé.

  • L’expression « ça ne mange pas de pain »

    Voici encore un extrait du tome 1 du livre de Technologie Culinaire :

    L’expression « ça ne mange pas de pain » vient du fait que le pain, élément essentiel des repas, pesait lourd dans le budget familial : tout ce qui était cher empiétait sur ce budget et « mangeait donc du pain ». Au contraire, des achats moins onéreux qui eux n’en « mangeaient pas ».

  • Marie (promo 2006) m’a écrit

    Je voudrais vous transmettre quelques extraits de la lettre très sympathique que m’a écrite Marie. Comme j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire, c’est une satisfaction pour tout le corps professoral d’avoir de bonnes nouvelles des anciennes.

    « Chères Monitrices et Professeurs,

    Ayant passé 3 ans dans votre superbe école professionnelle de restauration et culinaire et ayant obtenu un CAP et un BEP que j’ai pu acquérir grâce à votre patience, je tenais à vous faire part de mes remerciements, car vous les méritez toutes, aussi bien l’une que l’autre.

    Même si je n’ai pas encore un emploi, je suis sûre d’en trouver un.

    Je souhaite à vous toutes de bonnes vacances avec beaucoup de repos, pour celles qui ont déjà fini ou bientôt fini. Je leur souhaite bonne continuation.

    Je pense au 100% de réussite pour les examens, que toutes les élèves aient la note qu’elles souhaitent. »