Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les origines de la bûche de Noël

La coutume voulait que la veille de Noël, on aille chercher une énorme bûche de bois appelée bûche de Noël et qu'on la rapporte à la maison en grande pompe. Le soir de Noël on la plaçait dans l'âtre, on arrosait le tronc d'huile, de sel et de vin cuit et on récitait des prières.
Dans certaines familles, c'étaient les jeunes filles de la maison qui allumaient la bûche avec les tisons de celle de l'année précédente que l'on avait conservé précieusement. Dans d'autres, c'étaient à la mère que revenait ce privilège.

Cette coutume remontant au XII ème siècle avait lieu dans la plupart des pays européens, notamment en France et en Italie où la bûche de Noël était appelée ceppo. Au Québec comme en France cette coutume aurait perduré jusqu'au XIX ème siècle. La disparition de cette tradition coïncide avec la disparition des grands âtres remplacés par des poêles en fonte.

La bûche fut alors remplacée par une petite bûche de bois parfois rehaussée de chandelles et de verdure, que l'on plaçait au centre de la table comme décoration de Noël.

Aujourd'hui la bûche est devenue une pâtisserie traditionnelle, succulent gâteau roulé, glacé de crème au café ou au chocolat et décoré de feuilles de houx.

Les commentaires sont fermés.