Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Excursion à Laon

    exc LaonDSCF1897.jpgJ’aime profiter – et faire profiter les autres – de notre patrimoine architectural et des manifestations diverses et variées qui sont proposées dans notre région.

    Dimanche 22 juin, la chorale d’enfants Rolnicka de Prague donnait un concert à la Cathédrale de Laon à 18 h. L’occasion m’était donc donnée de faire une excursion en cette belle cité médiévale, ville d’Art et d’Histoire.

    Je vous propose un peu d’histoire, tiré du magazine du Conseil général de l’Aisne.

    Les XIIe et XIIIe siècles sont un âge d’or pour la ville de Laon. Le financement des nombreuses constructions qui sont alors entreprises est assuré grâce aux richesses issues de l’agriculture. Une agriculture dynamique qui se développe dans le Laonnois à la suite des défrichements. Les rois carolingiens ont des domaines dans le Laonnois et viennent souvent se réfugier à Laon, considéré comme la ville-refuge par excellence, imprenable sur sa butte surmontée de rempart.

    Elle reste ville royale sous les capétiens : le roi, qui est également comte de Laon, y séjourne parfois et y édifie un palais où il laisse à demeure un personnel. La ville est également ville religieuse. L’évêque - comte du Laonnois et 2ème pair de France - y est renommé. Il assure le culte dans la cathédrale, assume l’assistance aux plus pauvres et dirige une école célèbre en Europe. Le chapitre de 84 chanoines est le plus important du nord de la France. Rois et évêques financent les remarquables édifices du cœur de la cité.

    La cathédrale est la grande œuvre sans conteste des chanoines. Construite en seulement 30 ans, de 1150 à 1180, modifiée par l’allongement du chœur entre 1190 et 1220, elle illustre parfaitement le passage du roman au gothique. Sur la butte, l’imposant édifice de 120 m de long et ses 5 tours pointant à 160 m au-dessus de la plaine comme un phare pour les pèlerins, permet d’être vu de très loin. A l’intérieur, la lumière intense est diffusée par les nombreuses fenêtres, lancettes et rosaces dont la réalisation a été permise par une innovation, l’arc-boutant. Le palais épiscopal attenant – qui abrite actuellement le palais de justice - est dû aux évêques Gautier de Mortagne (1155-1174) et Garnier (1238-1249).

    Les chanoines édifient successivement deux hôtels-Dieu. Le premier - le plus ancien de France -, élevé en 1167, demeure sur le parvis de la cathédrale et abrite aujourd’hui l’Office de Tourisme. Sa salle inférieure accueillait les pèlerins et sa salle supérieure les malades. Cet hôtel-Dieu est prolongé d’une galerie-cloître qui compte neuf travées à voûte d’ogive.

    Près du quartier canonial, la chapelle des templiers est érigée vers 1140. Sa nef octogonale à la voûte en forme de coupole reprend la forme du Saint-Sépulcre de Jérusalem. Le porche a été ajouté à la fin du XIIe et le campanile au XIVe.

    A l’extrémité du bourg, Saint-Norbert fonde en 1124 l’abbaye Saint-Martin. L’église est commencée en 1150 et agrandie en plusieurs étapes en fonction du nombre croissant des moines.

    Edifiée de 1217 à 1236, lors de la mise en place du rempart ouest, la porte de Soissons est la plus monumentale de la ville, malheureusement en partie effondrée en 1895. Son architecture militaire est typique de la période de Philippe Auguste.

    La ville, ceinte de rempart, est parsemée de belles maisons classées Monument Historique, de ruelles étroites et typiquement médiévales qui rendent la promenade citadine très agréable et enrichissante. A faire absolument !

    Pour avoir d’autres indications historiques, je vous invite à vous rendre sur le site de la ville : www.ville-laon.fr

    concert LaonDSCF1905.jpg


    exc Laon 2DSCF1903.jpg

  • Des nouvelles de Stephanie (promo 2002)

    Comme je l’écrivais dans une précédente note, rien ne nous fait plus plaisir, à l’école Dosnon, que de recevoir des nouvelles des anciennes élèves.

    Stephanie, promo 2002, m’a envoyé des photos de sa petite famille. Avec sa permission, je vous fais partager la joie que j’éprouve de la (re)voir avec son mari, Martin, et son fils, Alejandro, né en mars dernier. Ils vivent à Miami, en Floride et malgré la distance et les années qui passent, nous continuons à nous écrire. Je leur souhaite du fond du cœur beaucoup de bonheur.

    Stephanie171.jpg

  • MERCI à Mme Ollivier et Mme Damien…

    … qui nous quittent.

    DSCF1843.jpg


    Madame Ollivier, arrivée à l’école Dosnon en septembre 2003 comme professeur de sport, prend sa retraite ce mois-ci et rejoindra sa Bretagne natale.


    Madame Pardessus, professeur de français, reprend ses cours à Dosnon à la rentrée prochaine après 3 ans de congés parental d’éducation, pris à la suite de la naissance de son fils Raphaël. Madame Damien a assuré cette année son remplacement et nous l’en remercions vivement.


    MERCI à toutes deux pour avoir dispensé des cours au sein de notre établissement et pour leur investissement auprès de chaque élève afin de faciliter leur réussite scolaire.