Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mariage à Couvrelles

    1202734114.jpgA l’occasion du mariage d’Agathe, la fille de nos voisins et amis, l’école Dosnon a préparé les petits fours sucrés pour le vin d’honneur, ainsi qu’un gâteau Opéra pour la mariée qui fêtait également son anniversaire ce jour-là.

    Plusieurs professeurs étaient conviés à la cérémonie et au vin d’honneur, ce qui a permis de se retrouver entre amis couvrellois.

    924372123.jpg


    1141643509.jpg



  • L’histoire des petits fours…

    Avec le printemps et les beaux jours (oui, oui, ils arrivent… même en Picardie !), les réceptions en divers genres reprennent de plus belle.

    C’est donc la bonne époque pour parler des petits fours. Voici ce que j’ai trouvé dans « Rungis Actualités » du mois d’avril à ce propos :

    Le petit four a vu le jour au début du XIXème siècle grâce au talent d’illustres pâtissiers comme Antonin Carême, pâtissier de Talleyrand, Urbain Dubois, Jules Gouffé, les frères Gross, les frères Jullien. Aujourd’hui, il est devenu le symbole de l’art de recevoir à la française.

    Le petit four est un terme générique désignant une pâtisserie fine et délicate, cuite à four doux (on disait autrefois à « petit four »). A l’origine, ils étaient fabriqués dans les fours en cours de refroidissement car il ne s’agissait pas de perdre une once de cette précieuse chaleur. A l’époque, le commerce de ces produits prit même le nom de « pâtisserie de petit four ». Répertoriés pour la première fois dans Le Pâtissier Français – un ouvrage datant du 1655 où l’on mentionne des casse-museaux, des beignets, des biscuits et autres tartes – les petits fours se classent en 4 catégories :

    * les petits fours frais et glacés (mini-reproductions de gâteaux, éclairs, choux, tartelettes, babas…) ;
    * les petits fours secs comme tuiles, langues de chat, cigarettes, palets des dames… ;
    * les petits fours moelleux (financiers, petits cakes, madeleines…) ;
    * les fruits déguisés candis (petits fours confits dans le sucre s’apparentant à la confiserie).



    D’autres appellations peuvent aussi désigner également les petits fours tels que mignardises, diminués, réductions.

    Pour les variétés salées, on mentionnera les canapés, toasts, bouchées, savouries ou encore savorys, mignonettes, croustades, feuilletés.

    Bonne dégustation !

  • Dosnon l’Info n° 4 est sorti !

    Avec nos dernières activités scolaires et culturelles ainsi que des nouvelles des anciennes élèves. A recevoir absolument !

    1842964631.jpg